Transformation  numérique, de quoi parle-t-on ?

Le XXe siècle a vu l’émergence des Nouvelles Technologies de L’Information et de la Communication (NTIC), devenues tout simplement Technologies de L’Information et de la Communication (TIC). Bien évidemment, une technologie ne peut pas rester nouvelle plus de 50 ans, et ces termes sont en train de tomber en désuétude, parce que ces technologies sont devenues « transparentes » au profit des services qu’elles apportent. Nous parlons maintenant tout simplement de numérique, depuis la photo à la télévision en passant par les loisirs, comme la musique ou la vidéo.

Plutôt que de revenir une énième fois sur les enjeux de telle technologie, ou les transformations induites par tel nouveau dispositif, il nous semble que la transformation que notre société est en train de vivre en profondeur est le passage de l’analogique au numérique. Ce qui signifie plusieurs choses, la plus évidente est certainement la dématérialisation. Ce n’est pourtant pas la plus importante. On parle aussi beaucoup de Big Data, mais celle là non plus n’est que la partie émergée de l’iceberg. En effet, la vraie révolution vient des algorithmes. C’est-à-dire la faculté d’appliquer des modèles mathématiques. Et comme la numérisation concerne tout ce qui nous entoure, par corolaire, nous avons maintenant la faculté d’appliquer des modèles mathématiques sur absolument tout ce qui nous entoure (dont nous mêmes).

Pour aller plus loin

Le sujet vous passionne ? Moi aussi ! Je vous propose de découvrir mon état des lieux dans un ouvrage édité chez l’Harmattan : La Société Numérique.

Pour étudier la question de la transformation numérique cet ouvrage aborde un nombre restreint de sujets essentiels. Tout part de la question du livre électronique parce qu’elle appelle celle de l’enseignement, des réseaux sociaux et des nouveaux modèles d’écriture. Le domaine des acquisitions ouvre lui-même à différentes thématiques qui fondent nos expérimentations actuelles : les réseaux, les blogs, les collectifs d’apprentissage et de e-learning. Il ressort de l’analyse l’importance de la notion de communauté.